You are currently viewing Un atelier d’engraissement pas comme les autres

Un atelier d’engraissement pas comme les autres

Publié le 14/10/2021 par Julie Guichon

Rémy Petoton, agriculteur à Saint-Clément-de-Régnat (63), se lance dans l’entomoculture. Il a choisi d’élever des vers de farine pour sécuriser son revenu, diversifier ses productions sur son exploitation et créer de la valeur ajoutée sur le territoire de Limagne.

« Cette filière est maîtrisée, de l’élevage jusqu’à la transformation, avec un prix minimum garanti d’achat de notre production par Invers, explique Rémy Petoton. J’ai investi 750000 euros dans un bâtiment neuf de 950 m². 850 m² sont dédiés à l’élevage et 100 m² à une chambre froide qui permet de stocker les vers arrivés à maturité avant qu’ils ne soient transformés. »

Dans son bâtiment, il engraisse 9000 caisses de micro-larves, réparties selon une disposition stratégique permettant de réceptionner les micro-larves en décalé et dans le même temps de tamiser les larves matures.

« Cet élevage est peu contraignant comparé à d’autres productions. Je ne suis pas dépendant des problèmes de pénurie de foin ou de paille. L’alimentation des vers de farine est essentiellement composée de sons de céréales, achetés à ma coopérative locale. De plus, je bénéficie de 250 à 300 tonnes de compost par an, riche en matière organique (85%) et en éléments fertilisants. C’est un élevage sans nuisance olfactive et auditive, bien perçu par le voisinage. »

Lien de l’article : Un atelier d’engraissement pas comme les autres | Circuits Culture (circuits-culture.com)